Les côtés positifs perçus par Richard Gonzalez

44% des autos ont franchi la ligne d’arrivée, un chiffre évocateur qui enfonce le clou sur le nombre d’abandons enregistrés au cours de la 36ème édition du Dakar.

De Rosario en Argentine, à Valparaiso au Chili, les quelques 9000 kilomètres parcourus par les 147 partants en autos, ont fait des ravages.

 

L’abandon a rodé au-dessus des carrosseries du BV6 et du Proto Sodicars, c'est mal connaître les hommes de l’équipe de penser qu’une courroie allait faire baisser les bras de tout un staff ! Bien au contraire. Avec Richard Gonzalez à leur tête, ensemble, ils ont couru tout azimut pour trouver cette pièce et en posséder suffisamment en réserve. Cet incident ne restera qu’un mauvais souvenir gommé lorsque les deux voitures sont montées sur le rampe d’arrivée, comme ce fut le cas à Rosario en prenant le départ.

Alors qu’elle est sur le chemin du retour, l’équipe Sodicars Racing émane un sentiment de satisfaction. A chaud, le patron Richard Gonzalez tire un bilan satisfaisant, il clarifie : « Se dégage malgré tout un soupçon d’amertume ! Nous étions bien partis, les résultats des premières journées étaient prometteurs, par la faute d’une courroie nous avons galéré. Notre objectif principal, atteindre le but a tout de même été atteint… »

Laurent Fouquet et Eugénie Decré obtiennent la 44ème place du général final et Juan Manuel Linares – Franck Maldonado la 55ème. Les deux équipages sont à l’arrivée après moult tracasseries qui eurent tout naturellement des incidences sur leur classement. « Laurent est très professionnel, Eugénie a bien tenu son rôle. Juan Manuel se disait très satisfait de son rallye, il l’a considéré très dur, la présence de Franck à ses côtés fut importante et déterminante » assure Richard Gonzalez. « Franck a tiré vers le haut son pilote et l’a aidé en tout… »

Mieux préparer la suite…

Sodicars Racing est une jeune équipe en rallye-raid. Elle se construit, se bonifie au fur et à mesure des saisons, elle ne bénéficie comme de nombreuses autres, de budgets colossaux : « Nous étions même hyper-serré côté financier » ajoute Richard. « Si nous voulons jouer devant, place que Laurent (Fouquet) peut occuper, il va falloir gérer différemment. Raison pour laquelle nous allons nous remettre en cause afin de pouvoir rentrer dans le clan des professionnels… »

L’équipe bordelaise a terriblement souffert aussi durant la première semaine, la canicule d’une part, le boulot quotidien de l’autre. « Tous les membres de l’équipe ont rempli leur mission avec énormément de cœur » poursuit Richard Gonzalez. « Les mécaniciens se sont battus comme des lions et c’est grâce à eux que nous avons nos deux voitures sur le podium. Je leur tire un grand coup de chapeau et j’ajouterai que, mon Toyota 80 mis en stand-by en raison de sa boîte de vitesses qui a entraîné notre abandon, a bien servi pour courir à gauche et à droite afin de remédier aux pépins qui nous sont tombés sur la tête ! »

Une certitude au terme de ce Dakar rigoureux, Laurent Fouquet a prouvé qu’il fallait désormais compter sur lui. Professionnel, coup de volant sûr, fin tacticien et ‘pinailleur’ sur le plan mécanique par ses connaissances – héritage familial – valait à n’en pas douter - une place dans le Top 10 : ce sera pour 2015 !

Marie-France Estenave pour SodicarsRacing.fr

 

Le Team Sodicars

Tombé "amoureux" du désert et des grandes étendues suite à un raid à OMAN, Richard GONZALEZ décide d'assurer l'assistance T5 du team TOYOTA FRANCE COMPETITION en 2005.

Pour cela il fait construire son premier camion , un MAN 8x8 et participe à son premier DAKAR ! Ce MAN est en 2005 un des plus gros T5 du DAKAR !
Sodicars Racing est en route !

Lire la suite ..

A vous d'écrire !

Vous avez la parole !

En cliquant sur le lien de menu "vous avez la parole", vous pourrez écrire vos commentaires, encouragements, tout ce qui vous passe par la tête. Participez à la vie du site SodicarsRacing.fr !

Vidéo - Saint Cyprien

Recherche sur le Site