Africa Race/Mayeul Barbet: "Avec Philippe, nous formons un vieux couple !"

Mayeul Barbet ne fait jamais de bruit, ni de vague. Navigateur d'une grande discrétion, il bosse sur ses road-book ou se plonge dans les préparatifs, au point d'ignorer sa présence. Pourtant, ce garçon d'une extrême gentillesse n'a d'égal que son professionnalisme et son sens du devoir.



Ce navigateur consciencieux s'attend à deux semaines de boulot : "Si nous allons sur l’Africa Race c’est aussi par l'importance donnée à la navigation. Elle s'avère plus intéressante que l'on peut l'imaginer. Avec Philippe (Boutron), nous nous sommes bien préparés pour ce rendez-vous africain."

Rien ne rebute Mayeul, que ce soit la traversée marocaine avec ses pistes piégeuses ou encore les dunes mauritaniennes. "Nous prendrons les étapes comme elles se présenteront. Je suis plutôt confiant..."

Avec Philippe Boutron, Mayeul reconnait : "Nous formons un vieux couple. D'ailleurs, nous ne comptons plus les courses auxquelles nous avons participé et auxquelles nous participerons encore, je l'espère. Je sais que dans l'habitacle tout se passera bien, même si on se plante, même si nous avons des soucis de navigation ou une panne, nous nous serrerons les coudes."

Pour Mayeul être tous les soirs au bivouac pour assister au briefing de René Metge, tel est son vœu : "Comme je consacre environ deux heures chaque soir dans la préparation du road-book, il sera prioritaire d'être rentré au bivouac avant le briefing de René Metge. Il donne de trop précieux conseils pour le lendemain, je souhaite les entendre."

Marie-France Estenave

Photo Marc de Mattia